mardi 7 juillet 2009

Biodivert-city, un massif ville pour les insectes

Hommes et insectes ont rendez-vous sur le parvis de l’Hôtel de ville de Paris (75) dans le Jardin éphémère installé jusqu'au 13 juillet.

Encore quelques jours pour découvrir ou revoir l'espace des murs végétaux installé dans le Jardin éphémère qui a poussé devant l'Hôtel de ville.


La Mairie de Paris avec la Direction des espaces verts et de l’environnement, et la complicité de Richard Dhennin, plasticien créateur des végéformes, ont dressé un massif constitué de colonnes remplies de déchets verts, de paillis et de broyât d’arbres issu de l’élagage.

Les végétaux y prennent place et absorbent progressivement cette ville reconstituée. Une ville pour accueillir les insectes...

3 commentaires:

VerdiVéra a dit…

Adorei esta idéia...
Belas fotos as suas.

Boa semana.

Richard Dhennin "grillagiste" a dit…

Merci Alain pour "ce coup de projecteur".
je suis très heureux de voir des images, car je n'y suis pas retourné depuis l'inauguration.
Tout ce porte apparemment bien malgré aucun arrosage régulé, et un soleil de plomb.
Mais nous n'avions pas pris de risque quand au choix des végétaux hormis le lysimachia pour lequel j'ai eu quelques pensées ces dernier jours.
c'est là la preuve de l'avantage de travailler dans un volume que sur une surface pour une végétalisation vertical extérieure.

L'idée de départ de massif compost à dû être adapté pour répondre aux contraintes de l'endroit.
Le modèle de 4 mètres carré présent, est donc plus de l'ordre de l'évènementiel qu'un véritable nichoir à insectes.
mais l'idée à portée ces fruits, et d'autres occasions se présentent.
Après la fin du jardin éphémères biodivert-city devrait migrer en d'autres endroit de la capitale.

je devrai prochainement faire un article sur le mur réalisé pour l'école du Breuil.
Un mur végétal "chameau" avec une très faible consommation d'eau, aucun engrais et des végétaux rustiques à faible entretien.
A suivre...

Plantine a dit…

Bravo Richard pour la réalisation de ce 'bout de nature'.
J'attends impatiemment le mur végétal "chameau". Je suis curieuse de voir quelles espèces sont capables de survivre à ce milieu là.